diagnostic immobilier lannion

Pose de détecteur de fumée


  
ARDIM 22 propose ses services dans le cadre de la mise en place des détecteurs de fumée, qu'on appelle aussi DAFF, pour détecteur avertiseur autonome de fumée, qui deviendront obligatoires dans les logements en 2015.

Dans le cadre de la mise en place de ces appareils, ARDIM 22 remet une attestation de pose appelée : "Attestation de présence des Détecteurs Autonomes Avertisseurs de Fumée" devant être remise à votre assureur.

Nous rappelons qu'ARDIM 22 pose des appareils conformément au décret n°2011-36 du 10 Janvier 2011 et de la loi ALUR du 24 Mars 2014. Cette attestation de pose que nous vous remettons est à remettre à votre assureur conformément à l'arrêté du 5 Février 2013 relatif à l'application des articles R.129-12 à R129-15 du Code de la Construction et de l'Habitation.

Nous proposons à nos clients plusieurs possibilités pour la fourniture et pose de DAAF dans les logements locatifs, voici les principales :

-Une offre comprendra la fourniture et pose de DAAF pour un seul logement. (Dans les logements comportant un ou plusieurs étages, un ­détecteur doit être posé à chaque niveau)

-Une autre offre comprendra la fourniture et pose de DAAF dans plusieurs logements d'un même immeuble (lots groupés). Les rendez-vous seront pris par nos soins après information générale d’une date de passage dans les immeubles.


-Une 3ème offre comprendra la fourniture et pose de DAAF pendant l'établissement des diagnostics immobiliers locatifs.

Nous rappelons que la pose se fera visée en attendant l’évolution de la réglementation vers un éventuel collage.

 

Où placer le détecteur ?


Le rôle du détecteur de fumée étant de réveiller les dormeurs à temps pour qu’ils aient le temps de fuir, il doit ­s’entendre très distinctement quand on est couché. L’idéal est de le placer dans le couloir qui mène aux chambres ou en haut de l’escalier sur le palier qui les dessert.

Dans certains cas, il est ­indispensable d’ajouter un autre détecteur dans une chambre :
– si l’occupant a la mauvaise ­habitude de fumer au lit ;
– si le dormeur s’endort en ­laissant la couverture ­chauffante branchée ;
– si la chambre est équipée d’un chauffage d’appoint ou d’une cheminée en fonctionnement pendant la nuit.

Dans les logements comportant un ou plusieurs étages, un ­détecteur doit être posé à chaque niveau. Si le feu prend au rez-de-chaussée alors que le détecteur se situe au 1er ou au 2e étage, les occupants risquent de se retrouver piégés par les fumées ou les flammes. En ajouter un au rez-de-chaussée réduit le risque.

Pour éviter les déclenchements intempestifs, il faut en revanche éviter les emplacements ­suivants :
– le voisinage de la cuisine et de la salle de bains, dans le premier cas, à cause des vapeurs grasses, dans le second, à cause de la ­vapeur d’eau ;
– la proximité d’une chaudière, d’une cheminée, d’une bouche de ventilation ;
– les zones propices aux ­courants d’air ;
– le coin préféré des fumeurs ;
– la proximité d’un néon, à cause de son bruit parasite.

Le détecteur se fixe au plafond, si possible au centre. En cas de plafond incliné, il faut le ­placer là où l’air circule le mieux. Attention, pour conserver son efficacité, un détecteur ne doit pas être peint.

 

Détecteurs de fumée : des changements depuis mars 2014
 

Depuis le décret du 10 janvier 2011 et jusqu’au printemps 2014, c’était à l’occupant du logement d’en assurer l’entretien, qu’il soit locataire ou propriétaire. Les seules exceptions concernaient les locations ­saisonnières, les logements meublés, les logements de fonction et les foyers-logements, où c’était alors au propriétaire d’entretenir le détecteur de fumée.

 

Changement depuis la loi Alur

Mais la loi Alur (loi pour l’accès au logement et un urbanisme rénové) du 24 mars 2014 a changé la donne. Désormais, c’est au propriétaire d’équiper le ou les logements qu’il met en location.

Dans les locations en cours, le propriétaire bailleur est tenu de fournir le détecteur de fumée au locataire ou de lui en rembourser l’achat.

 

Qui doit l’entretenir ?

C’est à l’occupant du logement, donc cette fois au locataire s’il s’agit d’un logement loué, d’entretenir le détecteur de fumée, de changer les piles et de le remplacer si besoin le jour où il ne fonctionne plus.

Il y a cependant quelques exceptions. Dans les locations ­saisonnières, les logements meublés, les logements de fonction et les foyers-logements, c’est au propriétaire d’entretenir le détecteur de fumée. 

 

 

Diagnostic immobiliern La Meaugon - Plouagat - Saint-Jean-Kerdaniel - Lanvallay - Saint-Brieuc - Lannion - Dinan - Loudéan - Guingamp - Dinard - Lamballe - Langueux - Uzel - Ploufragan - Perros - Guirec - Paimpol - Lanvollon - Lanvollon - Plérin - Saint-Agathon - Ploumagoar