diagnostic immobilier lannion

Comprendre son classement énergétique


 
Environ Un bien sur deux est situé en classe E, F ou G.
Si votre classement est en E, c’est donc tout à fait cohérent !
 
Moyenne française,
Classement: E sur l’échelle énergétique.
 

 Cela n’a échappé à personne : depuis le 1er Janvier 2011, le classement énergétique doit être communiqué dès la parution de l’annonce immobilière pour tout bien visé par le DPE (Diagnostic de Performance Energétique).

Destinée à améliorer l’information des consommateurs , une telle mesure a mis en avant ce diagnostic qui existait déjà depuis Novembre 2006 pour la vente et Juillet 2007 pour la location. Ces mesures, en France comme dans d’autres pays européens, résultent d’une directive européenne et du protocole de Kyoto, visant à réduire les émissions de gaz à effet de serre.
 
Mais que signifie vraiment cette étiquette ? décodons-la ensemble…
 
Les biens concernés par ce diagnostic :
  • Tous les biens immobiliers mis à la vente ou en location devront faire l’objet d’un Diagnostic énergétique. (habitation, tertiaire, commerce, immeubles neufs achevés…)
Les biens non concernés par ce diagnostic(*) :
  • Vente d’immeuble à construire, ventes à terme ou en l’état futur d’achèvement (VEFA)
  • Les fonds de commerce
  • Les cessions de droit de bail.
(*) liste non limitative
 
Une étiquette pour estimer
 
Le DPE donne une estimation :
  • De la consommation énergétique conventionnelle d’un bien ou d’un local pour le chauffage individuel ainsi que pour la production d’eau chaude. Consommation qui est représentée grâce à l’étiquette « énergie ».
  • De ses émissions de gaz à effet de serre grâce à l’étiquette « GES ».
Dans le rapport de’ diagnostic sont également proposées des recommandations sommaires pour améliorer la performance énergétique du bien quand cela est pertinent.
La consommation calculée tient compte du chauffage et de la production d’eau chaude.
  • Pour l’habitat, elle exclut notamment les consommations liées à l’éclairage ou l’électroménager.
  • Pour le tertiaire, il est par contre tenu compte des usages de tous types d’énergie et pour tous types d’utilisation (bureautiques, machines outils, éclairage…)
Une étiquette pour comparer
 
Le classement énergétique est extrait de ce DPE, désormais réalisé au plus tôt pour que ce classement soit publié dans l’annonce immobilière.
Avec cette nouvelle information, les consommateurs peuvent mieux comparer les biens, en plus des situations géographiques et prix par exemple.

 

Consommation énergétique
(en énergie primaire)
 L’étiquette « énergie » exprime la consommation d’énergie primaire du bien considéré. C’est l’énergie produite à l’origine du réseau avant les pertes liées à son transport.
Il ne s’agit donc pas de la consommation réelle (dite énergie finale) indiquée sur votre facture.
Selon l’énergie (électricité, gaz, fuel…) un facteur de conversion est appliqué pour transformer l’énergie finale en énergie primaire.
A titre indicatif, en France, ce coefficient est de 1 pour le gaz et le fioul mais de 2.58 pour l’électricité (nos voisins européens ont chacun des coefficients différents).
Difficile de comparer votre facture avec les résultat d’un DPE, sans l’aide de votre diagnostiqueur.
 
Voyons maintenant comment interpréter mon classement
 
Le DPE est destiné à sensibiliser les consommateurs aux performances énergétiques des bâtiments.
 
Un classement de A à G

 

Consommation énergétique
(en énergie primaire)
 
 Les biens sont classés de A (logement économe) à G (logement énergivore).
Inspirée du visuel déjà bien connu pour l’électroménager par exemple, l’étiquette « énergie » est pourtant assez différente.
Si un frigidaire ou un four sont construits en tenant compte de la consommations, les estimations de performance énergétique se font sur les bâtiments qui peuvent avoir plusieurs siècles !
L’unité de mesure est le KWH ep/m²/an (ep pour énergie primaire) Pour mieux en comprendre le sens, il s’agit de l’énergie primaire estimée par an ramenée au mètre carré.
 
Quelques chiffres pour se situer
  • La consommation moyenne en France est actuellement d’environs 250 KWH ep/m²/an (classement E sur l’échelle).
Si votre classement est en E, c’est donc tout à fait cohérent !
  • Environ Un bien sur deux est situé en classe E, F ou G.
  • Pour la consommation énergétique, les objectifs du Grenelle de l’environnement sont : 150 kWh ep/m²/an en 2020 (limite entre C et D) et de 50 kWh ep/m²/an en 2050 (limite entre A et B)                                                                                                                      
  • Actuellement, moins de 1% des biens se classement en catégorie A, ce qui est logique. Cela correspond à des normes de constructions qui n’entreront en vigueur qu’en 2012…sur le neuf !

Un exemple concret….
 
Dans les deux cas, le diagnostiqueur applique la réglementation en vigueur pour déterminer le classement énergétique du bien.
  • Un bien chauffé au gaz (ou au fioul) consommant 100 kWh/m²/an en énergie finale est classé C (après conversion en énergie primaire).
  • Le même profil de bien chauffé avec des convecteurs électriques consommera 258 kWh/m²/an et sera classé en E !

 ARDIM 22 à votre service         

Diagnostic immobiliern Plouagat - Saint-Jean-Kerdaniel - Lanvallay - Saint-Brieuc - Lannion - Dinan - Loudéan - Guingamp - Dinard - Lamballe - Langueux - Uzel - Ploufragan - Perros - Guirec - Paimpol - Lanvollon - Lanvollon - Plérin - Saint-Agathon - Ploumagoar - La Meaugon